Construction

Ma technique de construction ne présente pas de grande originalité. Les luthiers d'aujourd'hui, dont je fais partie, travaillent selon une méthode apparue au 16ème siècle dans le nord de l'Italie. Même si chacun cherche à perfectionner certains détails, il n'y a pas eu, contrairement à la restauration, de grandes révolutions techniques.


Le travail est entièrement fait à la main et l'utilisation de machines ne concerne que le débit du bois. Ce bois, vieux de cinquante ou soixante ans pour les violons et de trente ans pour les altos et violoncelles, est issu d'un stock que j'ai constitué au fil des ans - depuis 1976.


Les essences "normales" : épicéa, érable, ébène côtoient les bois "originaux" : poirier, noyer hêtre que j'utilise pour copier certains auteurs. Beaucoup de pièces de bois étaient récentes lors de leur achat (2/3 ans) d'autres, achetées suite au décès de luthiers (Petit à Brest, Gustave Villaume à Nancy, Philippe Bodart à Besançon) étaient plus anciennes (40/50 ans).

Vernis

Les vernis que j'utilise sur mes instruments sont toujours d'origine naturelle. Huile de lin / sandaraque et huile de lin / ambre. Je n'utilise pas de produits chimiques pour tenter de vieillir le bois, leur vieillissement est souvent mal connu et quelques mésaventures dans le passé m'ont conduit à les écarter.


Tous les instruments que je réalise sont en copie et je ne fais pas d'instrument neuf en "vernis plein", cela ne correspond pas à mon goût esthétique. J'aime l'aspect des instruments anciens aujourd'hui, plus que l'aspect qu'ils avaient quand ils étaient neufs, cela vient sans doute des nombreuses années passées à les restaurer.








Inspiration

Voici trois violons de Guiseppe Guarneri del Gésù que j'ai eu la chance d´avoir dans mon atelier pour des réparations. Tous les trois m'ont fortement impressionné par la beauté de leur son et la force de leur construction.

Guarneri Dushkin - 1742

Guarneri Canary Bird - 1743

Guarneri Vieuxtemps - 1741